DSC_0414

 

Plus je vis ici, plus je réalise à quel point j’adore avoir l’impression de vivre en Amérique du Sud. Je suis venue pour l’esthétique si californienne des signes en néon, des constructions mid-century, des fast-food que l’on a vus et revus dans les films hollywoodiens, pour le côté cool de la ville de surfers… et je me suis attachée à cette vie un peu américaine, un peu mexicaine. C’est vraiment ça la Californie du Sud, le mélange des deux. J’aime entendre parler l’espagnol à longueur de journée, le lire partout, sur les bus ou à la pharmacie, fréquenter des mexicains, adopter un peu de leur culture.

Les tacos de Say Fish Taco

Les tacos de Say Fish Taco

On mange des tacos ici plus facilement que des burgers, je suis devenue une experte en tacos, je peux reconnaître le plus typique entre mille, pareil pour le mezcal (oh le mezcal, la découverte de l’année, les cocktails de Tulum à se damner…). On fête le Cinco de Mayo, quasi fête nationale, et aussi le Dia de los Muertos, le Halloween mexicain. Et à nos propres fêtes, une fois sur deux, c’est servicio de tacos y margaritas. On va en vacances au Mexique parce que c’est si beau et si près. Mais comme c’est pas tout le temps, on emporte juste nos couvertures mexicaines à Malibu le reste du temps. Et certaines portent même des robes mexicaines en toutes occasions. Parfait pour taper dans les piñatas aux anniversaires des enfants.

DSC_0419

Tacos Delta à Sunset Junction, les meilleurs tacos de l'est

Tacos Delta à Sunset Junction, les meilleurs tacos de l’est

Partout en ville, ces minis-restos en dur offrent burritos et quesadillas, taquitos et aguas frescas, et si ce n’est pas suffisant, il y a des taco trucks à tous les coins de rues. Et des supermarkets latinos à tous les coins de rue aussi. Et quand ce n’est vraiment pas assez, ma promenade préférée, c’est Olvera Street.

DSC_0070 DSC_0077 DSC_0082

 

Le pueblo de Los Angeles, les origines de la ville. On est comme transporté au Mexique. Des dizaines de petits stands et de boutiques en durs dans les bâtiments les plus anciens de la ville accueillent de petites échoppes qui vendent de l’artisanat typique, des squelettes du Dia de los Muertos aux céramiques colorées, en passant par les couvertures, les masques de catcheurs ou les robes brodées.
Sans oublier le travail du cuir, sacs, ceintures, délicatement ouvragés, ou les bijoux en or. Après la joie d’avoir déniché tout ça, mangé sous un arbre, visité la plus ancienne maison de Los Angeles, celle d’une grande famille de ranchers mexicains à la fin du XIXè siècle, on se rend sur la plaza au bout d’Olvera Street pour une tranche de vie mexicaine, regardant danser de vieux couples émouvants.

DSC_0101C’est la fin d’une journée mexicaine à Los Angeles. Qui peut recommencer au réveil le lendemain en zappant sur les radios qui résonnent de trompettes et d’un enthousiasme aux R roulés qui réveille… Comme le soleil de L.A.

Tara4Lectrices, je vous préviens, ce post risque de vous rendre jalouses… Tara est une vraie beauté naturelle, elle a trois enfants tout aussi beaux et super cools, elle a fondé une marque éthique smart et ultra désirable et pour couronner le tout, elle vit une vie d’expat fort agréable à Singapour. Heureusement, elle est aussi très sympa et partageuse, et nous donne donc tous ses bons conseils pour découvrir Singapour comme les locaux!

Avant de vous laisser avec elle, je fais quand même les présentations. Tara y vit donc avec son mari et sa famille depuis quelques années. Et comme elle a toujours eu un goût très sûr, chic et bohème à la fois, et la passion des voyages, elle a décidé de lancer avec Candice, sa meilleure amie, Zojora, un label d’accessoires qui viennent du monde entier. Elles sélectionnent lors de leurs voyages des communautés d’artisans locaux,  et promeuvent ainsi le commerce équitable. Bijoux, mochilas, sarongs, linge de table, coussins… tout est à tomber et surtout vous auréole immédiatement du style de vie élégant et gypse de Tara et ses copines. En attendant votre prochaine livraison Zojora, voici comment visiter Singapour.

Tara_Candice
1) Alors déjà, quel est ton quartier préféré à Singapour ? Tu irais dormir où si tu allais à Singapour en touriste ?

En tant que touriste, je choisirais sans hésiter le Raffles pour son style colonial. Après une longue journée de visites, il suffit pour se détendre s’installer dans leur oasis d’époque et savourer un Singapore Sling.

Sinon, en dehors des sentiers battus, j’adore Tiong Bahru. Ca a été le premier quartier de logements dans les années 30. A l’époque on l’appelait Mei Wen Ru, le repaire des beautés, car c’est là que les hommes fortunés logeaient leurs maîtresses. L’architecture est restée complètement Art Déco, avec des balcons arrondis et des fenêtres aux volets typiques. Aux côtés des marchands ambulants traditionnels, beaucoup de restaurants ou de boutiques pointus ont ouvert récemment.

2) Pourquoi ce quartier ? Que faut-il savoir sur les autres quartiers et comment ils sont situés les uns par rapport aux autres ?

Tiong Bahru est un parfait exemple de la cohabitation de l’ancien et du nouveau. C’est vrai de Singapour de manière générale, qui est une ville ultra moderne, mais qui a su conserver son heritage culturel. La ville est faite de plusieurs quartiers de communautés, avec chacun ses spécificités culturelles: Little India, Arab Street, Chinatown and Kampong Glam. Comme la ville est petite, c’est facile de visiter tous ces quartiers en un jour et le mieux est de le faire à pied pour profiter de ce côté multi-ethnique! Il faut être prêt à transpirer un peu, le climat est chaud et humide toute l’année. Mais s’il le faut, les taxis sont bon marché et clematises!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA3) Donc une fois que tu es là, tu irais voir quoi en premier?

Depuis Tiong Bahru, il faut se balader sur Yong Siak Street où il y a une grande concentration de boutiques et cafés branchés. Mes préférés: Books Actually, un mélange de livres actuels et de babioles vintage; Strangelets, idéal pour trouver des cadeaux uniques, 40 Hands pour un café et pour le brunch, il faut aller à Open Door Policy. Dans le quartier, il faut aussi visiter le marché de Tiong Bahru, connu pour avoir les produits les plus frais et les meilleurs, et pour un deuxième café après, rien de mieux que la Tiong Bahru Bakery sur Eng Hoon Street.

4) Parle nous de tes endroits préférés, quel sont tes lieux les plus familiers, ceux où tu vas tout le temps ?

Clairement, l’endroit où je passe le plus de temps est Serangoon Gardens, devenu « Little Paris » car beaucoup d’expatriés français y vivent. A l’origine, ce quartier accueillait les officiers britanniques dans les années cinquante et toutes les rues ont encore des noms anglais. Serangoon Gardens abrite Chomp Chomp, l’un des principaux "hawker centers". Quand on visite Singapour, il faut absolument manger dans l’un de ces marchés ambulants, pleins de stands de nourriture en plein air, qui servent de délicieux plats locaux comme le lakhsa, le chicken rice, les spécalités de satay, ou de dumplings et des limonades de citron vert.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA5) Parlons maintenant restos, tu vas où pour

-       une soirée en amoureux ? Tamarind Hill, restaurant dans une très belle maison coloniale situé dans le Labrador Nature Reserve.

-       un dîner avec des copines ? Kilo à Kallang ou PS Café à Dempsey.

-       un dîner avec des amis, un peu festif, si tu as envie de t’habiller un peu ? Chop Suey à Dempsey, un chinois dans un cadre colonial ou à Catalunia si j’ai envie de tapas.

-       un dîner cool avec ton homme, avant ou après un ciné par exemple ? Esquina à Duxton Hill.

-       manger une spécialité locale ? Din Tai Fung pour les meilleurs dumplings de la ville ou Long Beach à Dempsey pour le fameux crabe épicé de Singapour.

-       un déjeuner de travail ? Pho Stop. La cuisine vietnamienne est ma préférée.

-       un brunch de weekend ? avec enfants/sans enfants ? Avec les enfants, Coastes à Sentosa, les enfants adorent jouer sur la plage. Dans mon quartier, c’est Plonk, une brasserie australienne. Sans enfants: Jones the Grocer à Dempsey.

-       un déjeuner de weekend avec les enfants ? Lan Zhou La Mian à Chinatown pour un bol de nouilles ou Banana Leaf dans Little India. Ils adorent manger leur plats indiens preférés avec les doigts dans une feuille de bananier.

-       fêter un anniversaire, un événement particulier ? Peking Duck au Majestic Hotel.

-       prendre un goûter, un thé ? Le High tea à l’anglaise, au St. Regis.

-       un café rapide le matin avant un rdv ? The Plain à Duxton Hill ou Hédiard.

-       un drink après dîner, ou même faire la fête ? The Screening Room sur Club Street ou The Lantern Bar à One Bay pour une des plus belles vues de la ville.

6) Et le shopping ? Quelles sont tes boutiques de mode préférées, pour toi, pour les enfants ?

Je fais quasiment tout mon shopping lorsque je voyage et Bali est l’une de mes destinations préférées pour ça. Mais ici à Singapour, je dirais le traditionnel Robinsons sur Orchard Road, parce que je pense qu’aucune visite de Singapour n’est vraiment complete sans voir cette rue de shopping de luxe, même si ce n’est pas comme ça que j’aime le plus passer une après-midi à SIngapour.

Pour de plus petites boutiques, il faut aller à Cluny Court et voir Rosalie Pompom pour une selection des marques françaises, Simone Irani pour les caftans et les tenues de plage, et Small pour les plus belles chaussures de la ville. Hadji Lane pour les designers locaux.

Pour les enfants, la marqe australienne Cotton On a tout ce qu’il faut et de nombreuses addresses. J’aime aussi une autre marque australienne, Munster, que l’on trouve à Takashimaya.

7) Et shopping déco, tu vas où ?

Pour les basiques et des meubles indiens vintage en teck, j’adore aller à Original’s. Si vous cherchez des objets vraiment dans le style asiatique, passez chez Just Anthony ou Fairprice Antiques.

Tara38) Et la culture, quels sont tes lieux préférés ? avec enfants/sans enfants ?

Singapore est pleine de musées interactifs. Nos favoris: le Asian Civilisations Museum (ACM) et le National Museum of Singapore, dans un magnifique bâtiment XIXème. The ArtScience Museum a toujours de captivantes expositions.

Avec les enfants, il faut absolument aller au zoo. Je crois que nous avons dû y aller au moins une trentaine de fois, on ne s’en lasse pas!

Un de mes parcours favoris: aller à pied à Ann Siang Hill depuis Club Street , descendre à Telok Ayer et s’arrêter au beau temple Thian Hock Keng.

9) Et en plein air, qu’est-ce que tu aimes faire ? Tes balades préférées, en été et en hiver ?

Pas d’hiver ou d’été ici! C’est un peu plus frais en novembre-décembre, mais toujours chaud et humide et il pleut presque tous les jours. Mon endroit préféré à l’extérieur, c’est le MacRitchie Reservoir Park, 11 km de chemin autour du reservoir. Parfait pour marcher, courir ou observer la faune et la flore tropicales. Mais attention aux singes!

Très sympa aussi, la Sungei Buloh Wetland Reserve au nord de la ville. Mes enfants adorent y aller pour voir les varans et les martins-pêcheurs.

Enfin, la visite du Jardin Botanique est un must pour admirer les orchidées, la fleur nationale de Singapour. On peut aussi s’enfoncer dans la rain forest pour découvrir ce qu’était la ville il y a une centaine d’années. Après la visite, nous adorons rester diner à Casa Verde dans le parc et meme parfois manger un pique-nique en écoutant les opéras donnés dans le parc.

10) Et les adresses trompeuses (du style celles qu’on trouve dans tous les guides mais qui n’en valent pas la peine…) ?

Le Singapore Flyer, une grande roue avec plein de commerces autour, est mentionnée dans tous les guides mais nous n’avons jamais eu envie d’être coincé pendant 30 minutes dans une cabine pour voir la ville d’en haut. Je n’aime pas trop non plus Sentosa, c’est comme un Disneyland géant.

Il y a eu aussi beaucoup d’agitation autour de l’ouverture de Gardens by the Bay, un grand ensemble de jardins publics, mais pour moi c’est une fournaise géante, sans ombre! Si vraiment vous voulez les voir, allez-y en fin de journée!

11) Enfin, que doit-on absolument ramener de Singapour ?!

Des orchidées! Même coupées, ells voyagent très bien!

Du TWG tea, le thé et le packaging sont extraordinaires.

De la porcelaine chinoise de Temple Street.

Des mangues fraîches.

Voilà, vous êtes prêts maintenant à partir à Singapour dans les meilleures conditions possibles… en tout cas moi, faire ce papier avec Tara m’a donné envie de sauter dans le premier avion!

Palmtrees

 

Je ne sais pas vraiment si quelqu’un me lit encore, si quelques fidèles sauront que je suis de retour, mais oui voilà,  je suis là. Après quelques mois mouvementés, faits essentiellement de voyages et de’un déménagement… Pas n’importe quels voyages, de ceux qui font rêver, avec des paysages inouïs et des belles rencontres, et pas n’importe quel déménagement non plus, un gros avec plein de travaux et d’aventures qui donneraient envie d’écrire une suite au film de Brigitte Roüan (que je n’ai jamais vu, mais je crois que je n’ai plus besoin…). Et puis des rencontres encore, Los Angeles est tellement riche de personnalités accrocheuses !

Alors la bonne nouvelle, c’est que ça fait beaucoup de sujets à poster : installée pour de bon à L.A, je vais vous régaler encore avec la vie si excitante, glamour, cool, arty, fashion, tranquille, ensoleillée, latine, nature.. .et j’en passe, de la cité des anges. Mais aussi avec de nouveaux portraits, une créatrice de parfums, un musicien, une vedette de la blogosphère, une autre de la mode…  Avec encore des histoires de voyages et des city guides de mes copines un peu partout… Ready ?

DSC_0136Deuxième invité de cette série de portraits qui redémarre maintenant très sérieusement (promis!), mon ami Philippe Cramer est un designer dont j’admire le travail (et convoite les créations…) depuis longtemps. J’aime ses meubles, ses objets, ses bijoux, pour leur beauté, faite d’une esthétique sobre complètement dans l’air du temps et à la fois à part, avec une personnalité très forte, mais aussi pour l’éthique que Philippe y attache, aussi bien dans le choix des matériaux, typiquement suisses très souvent, que du savoir-faire - ils sont toujours réalisés par des artisans locaux.

BAAR

Toujours produites en pièces uniques ou en séries très limitées, ses créations sont comme des œuvres d’art, une table qui habite à elle seule un espace ou des vases comme des carrosseries de belles américaines, véritables sculptures. Il a d’ailleurs réalisé pour le Musée d’Art et d’Histoire de Genève une superbe exposition en 2011, habillant un lieu d’une beauté très classique et chargé d’histoire de blanc et d’or, concevant un espace d’une grande modernité tout en reconstituant un salon du XVIIIème siècle.

VUE_GENERALE

Après avoir conçu il y a quelques années, le seul véritable boutique hôtel genevois, La Cour des Augustins, d’un goût exquis, Philippe a lancé récemment un nouveau studio de design intérieur qui travaille actuellement à remodeler entièrement les bureaux genevois et londoniens d’une société d’investissements. Il n’arrête pas pour autant d’explorer formes et matières et après m’avoir fait rêver pendant longtemps d’une table Stalactite dans mon salon ou d’une console Andrienne dans l’entrée, il a maintenant déclencjé en moi l’obsession d’ un cabinet Rohrschach, à qui L.A irait si bien… Rhorschach, comme le psychiatre suisse, oui. La Suisse qui inspire si profondément Philippe que ptresque chacune de ses créations est baptisée en hommage à son pays, lui qui est pourtant à moitié américain, des fameuses lampes Randogne aux sublimes (et je mâche mes mots) vases Ragaz, en passant par les très très beaux bracelets Sarine !

RAGAZ RORSCHACH SARINE

C’est pour toute cette beauté que j’avais donc envie de vous parler de Phlippe et de vous montrer son travail, mais aussi parce que Philippe lui-même est aussi séduisant que son travail. On a beaucoup vu son physique de statue grecque dans les magazines du monde entier et on ne s’en lasse pas, mais il est aussi une belle personne. Son éducation parfaite et sa courtoisie exquise n’entament pourtant pas un humour piquant, et j’ai récemment passé avec lui quelques soirées piquantes sur les hauteurs de Los Angeles.

Au moment où il foisonne de nouveaux projets, ici à L.A et avec son nouveau studio de design intérieur à Genève, je lui ai donc demandé ce qui l’inspire.

Quel est ton motto ?

Le « il faut cultiver son jardin » du Candide de Voltaire me paraît la plus sage approche de cette drôle de chose que nous appelons la Vie.

Quelle est ton idée du bonheur?

Une cigarette, une bière et assez d’argent pour se sentir en sécurité. Ceci dit, le fantasme que nous cultivons du bonheur ne peut exister, la nature humaine nous ayant programmé à toujours vouloir plus.

Quelle est la chose la plus importante que l’on t’ait enseignée/apprise?

Que l’échec n’existe pas réellement. Toute expérience est matière à apprendre et évoluer.

Le meilleur conseil?

L’idée du conseil m’est étrangère. J’évolue de façon instinctive et un conseil venu d’une partie qui ne connaît pas intimement mes envies et besoins, aussi bien intentionnée qu’elle soit, ne pourra me diriger dans la bonne direction.

Ton plus beau souvenir?

Certainement un voyage au Radjastan avec mon homme. Cet endroit est à la fois, effrayant, drôle, inspirant. Je suis très reconnaissant d’avoir vécu cette initiation avec la personne que j’aime le plus.

As-tu un mentor?

Mon parcours est jalonné de personnes importantes et inspirantes. Cependant le bénéfice d’un mentor, tel qu’on l’entend, ne m’a jamais été offert. C’est une des raisons pour lesquelles j’essaie de former de jeunes designers et offrir la possibilité d’ouvrir de nouvelles perspectives émotionnelles et intellectuelles à ces futurs professionnels.

 Qui et qu’est-ce qui t’inspire?

C’est une question complexe et difficile à répondre. Tout et rien m’inspire. Tout créatif doit principalement développer un sens de la réceptivité. S’étonner des choses qui ne nous sont pas familières et bien sûr, puiser dans son monde intérieur.

Ta plus belle réussite?

Je n’en suis pas encore là ! Probablement que l’idée d’une réussite me paraît dangereuse, car elle fige l’expérience et ne permet que difficilement de souhaiter la transgresser, et donc d’évoluer.

Comment te détends-tu?

Je reviens à l’idée de la cigarette et de la bière ! Évidemment un beau voyage aide aussi.

Qu’est-ce qui t’aide à te concentrer?

La concentration est ma croix. Nous sommes perpétuellement dérangés par les email, téléphones et autres interventions de l’extérieur. Si quelqu’un a une bonne formule, je souhaite l’entendre…

Quels sont tes prochains projets?

Je souhaite ouvrir un atelier ou un showroom en dehors de la Suisse. Je songe beaucoup à Los Angeles en ce moment. Cet endroit possède une énergie créative très particulière et cela me plaît énormément.

DSC_0142

 

0131

Bon alors, pas de "Ciao, it’s Friday" la semaine dernière… et pourtant, j’en avais des choses à raconter… j’arrivais (pour un sujet à paraître bientôt dans Agefi Life) dans l’un des plus extraordinaires hôtels au monde, mais l’expérience a été si riche et intense qu’elle m’a tenue loin de tout objet électronique…

Plus sur cet inoubliable séjour dans l’Utah dés la parution de l’article… et ciao, à demain!

DSC_0125

Neutra House

Vu d’Europe, Palm Springs, c’est une vision de coffee table book désuète, de maisons de stars entourées de palmiers, une image de Slim Aarons qui aurait vieilli. Sauf pour quelques initiés qui savent que c’est le relais pour Coachella et pour quelques amateurs de design mid-century qui vénèrent son architecture à part.

Vu de L.A, Palm Springs c’est l’escapade idéale pour un weekend. Une oasis dans le désert, au pied des montagnes, où l’on oscille sans cesse entre un esthétisme de magazine et une atmosphère arrêtée dans le temps. Tous les Angelenos aiment Palm Springs. Certains y viennent pour la beauté de la Desert Modernist Architecture, d’autres pour le shopping vintage et beaucoup pour l’ambiance Spring Break des weekends estivaux. Mais toujours pour le soleil et les palmiers majestueux qui longent les avenues. Les hôtels au design impeccable sont nombreux, et l’on y passe des journées entières à se prélasser au bord des piscines ou carrément, au Ace Hotel notamment, dans la piscine même à boire des cocktails au son de la musique des DJs stars du moment. Bref, Palm Springs est toujours une bonne idée. Surtout pour les weekends entre filles.

C’est d’ailleurs avec ma super copine Carole que j’y suis donc allée la dernière fois et je ne peux que vous recommander notre parcours parfait pour 36 heures, un mix de shopping vintage, de bavardage  /bronzage/repos à l’hôtel, shopping, archis tours et food. Voici donc le programme :

Jour 1 – Départ de L.A en début de matinée et pour bien commencer dans l’ambiance filles, on peut éventuellement envisager un arrêt, sur la route à l’outlet qui nous hurle: "Arrêtez-vous, j’ai une boutique YSL, et Marni, et Prada, et Dolce & Gabbana, et Burberry, Clarins aussi, et Joe’s jeans, et encore et encore… " Pas trop longtemps quand même, il faut vraiment profiter de Palm Springs.

DSC_0082

Ace Hotel

DSC_0047

Ace Hotel

La route qui y mène, en plein désert, est très ventée et semée d’éoliennes par centaines, c’est magnifique. Comme on ne part pas en amoureux mais pour s’amuser, on a réservé au Ace, un peu trop fun et jeune pour nous, mais tellement joli! Sérieusement, tout est parfait. Un vieux motel rénové par les hôteliers super branchés du moment, le restaurant, un ancien Denny’s est parfait d’esprit mid-century brut et chic, le lobby à tomber, la piscine, digne d’un film, le bar aussi, un film noir plutôt, et les différents bâtiments qui accueillent les chambres sont tellement cools avec leur immenses cheminées  extérieures. Les chambres elles-mêmes sont grandes, et cool aussi, c’est l’esprit du lieu, un peu de meubles de designer fifties (Eero Saarinen sur les terrasses), du brut et confortable dans les chambres, certaines ont de vieux tourne-disques. Il faut donc en profiter et passer un bon moment au bord de sa piscine, ou au spa, pas mal, jolie carte de soins et produits naturels. On a juste envie de contemplation, admirer palmiers et montagnes, un cocktail à la main quand même.

DSC_0073

Ace Hotel

DSC_0068

Ace Hotel

DSC_0065

Ace Hotel

DSC_0057

Ace Hotel

Puis dîner au Workshop, THE place to be à Palm Springs. Cadre beau, brut et recherché, nourriture rustique chic (c’est une grande spécialité californienne…) et délicieuse faite de produits locaux et simples. Service, ambiance tout y est, nous avons adoré. Un petit stop au Liquor Store, arrêté dans les années 50 et un dernier verre au coin de la cheminée, avec la fraîcheur du désert, si charmant.

Jour 2 – Breakfast à l’hôtel, encore un moment au bord de la piscine, un peu de shopping en ville, Trina Turk si l’on veut, mais surtout Resale Therapy, un immense magasin de vêtements vintage, il y a de tout, du bien, du moins bien, des fourrures magnifiques et des vêtements de créateurs que les party girls du Palm Springs des 70 ont dû oublier. Celles qui ont de la patience seront sans doute récompensées.

Nous, nous avons préféré filer déjeuner au Parker, l’hôtel désigné par Jonathan Adler, le pape du midcentury chic, couleurs vives, céramiques et opulence. Bof bof, le repas au Norma’s, pas grave le lieu est si magique que l’on pardonne, la déco est unique, le parc est immense, la piscine romantique. Bref, incontournable.

Parker Méridien Lobby

Parker Méridien Lobby

DSC_0099

Parker Méridien

Parker Méridien

Puis retour en ville pour admirer les plus célèbres des bâtiments modernistes et shopper du design vintage cette fois-ci, les magasins sont légion, tous pleins de trésors, mais nous nous avons totalement craqué pour The Shops at Thirteen Forty Five, building historique au sein duquel un collectif a regroupé shops vintages et galeries d’art. Une sélection précise, juste et diverse à la fois, où chaque objet est une trouvaille précieuse.

DSC_0090 DSC_0093

DSC_0143 DSC_0135

La journée se termine,  mais pas question de ne pas passer par le départ du "aerial tramway", une magnifique construction,  pour voir d’en haut la beauté du soleil se couchant sur le désert.

DSC_0144

Voilà pour le weekend entre copines, mais on peut aussi monter hiker dans les San Jacinto Mountains avec le tramway qui est en fait un téléphérique tournant (made in Switzerland of course), découvrir le parc national de Joshua Tree ou Indian Canyons, qui fût une réserve d’indiens ou encore aller plus loin découvrir les paysages surnaturels de Salton Sea…. Je vous l’ai dit, Palm Springs est toujours une bonne idée.

20140125-071841.jpg

And I’m in San Francisco with a stylish boy.
So, this weekend we are…

… Spending time with amazing people (one of them you’ll see on the blog soon…)…
… Having terrific food…
… Visiting Alcatraz, the Presidio State Park, and the pretty neighborhoods of SF…
… Walking, walking, walking, it feels so good!

Enjoy your weekend!

Shirt – Zadig & Voltaire / Boots and trousers – Zara / Tee shirt and cashmere sweater – Crewcuts

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 860 autres abonnés

%d bloggers like this: